Où sont passés les tuyaux ?!

Heureusement que les travaux avancent plus vite que la mise à jour du blog, car dans trois semaines grand maximum maintenant, nous allons accueillir notre petit loup à la maison. Autant que ce soit dans les meilleures conditions possibles, même si sincèrement, nous n’aurons pas terminé la partie du haut.

Il est donc grand temps de faire un point sur les avancées de ces deux derniers mois, avant que toutes mes journées (et nuits…) ne soient occupées par notre baby !

Les vacances estivales sont passées par là et, avec l’aide de nos familles respectives, nous nous sommes activés dans plusieurs coins de la maison. Dans cet article, un peu de plomberie et de chauffage, bref une histoire de tuyaux !

Chauffage

Dès notre arrivée dans la maison, nous avions demandé le raccordement au gaz de ville, en prévision du remplacement du système de chauffage en place bien « pourri » : chaudière fioul et air pulsé. GrDF est intervenu en janvier dernier, mais nous n’avions pas eu le temps de nous occuper de l’installation intérieure et avions opté pour une solution temporaire « poêle à bois / chaudière fioul / petit radiateur électrique d’appoint » l’hiver dernier.

La première étape pour l’installation intérieure consistait à traverser le mur depuis le coffret extérieur jusqu’au garage, où sera installée la chaudière basse consommation. Pour ceux qui connaissent la configuration de la maison, vous pouvez facilement imaginer la complexité de l’affaire. Pour les autres, une petite explication rapide : le coffret extérieur se trouve au niveau de la route côté nord, à hauteur du premier étage, le garage étant enterré. L’épaisseur du mur fait environ 55 cm. Impossible donc de « viser tout droit » à l’horizontale !

Le coffret d'arrivée du gaz, installé contre le mur nord, au bout de la bande en herbe.

Le coffret d’arrivée du gaz, installé contre le mur nord, au bout de la bande en herbe.

Nous avons d’abord reporté l’emplacement exact du coffret dans la pièce au premier étage, grâce à un niveau à eau (je ne savais même pas que ce genre d’outil existait mais c’est astucieux !), en passant par la fenêtre. Puis, Denis s’est attelé au calcul de l’angle du trou à percer pour atterrir non pas dans cette pièce, mais bien en-dessous, au garage ! Heureusement que les logiciels informatiques existent ! D’autant qu’au garage, l’espace de sortie était très restreint, entre deux poutres espacées d’une quarantaine de centimètres et surtout entre le plancher et un liteau, espacés d’une petite dizaine de centimètres !

Après avoir dégotté une mèche assez longue et assez grosse en diamètre, Denis s’est lancé dans le perçage, aidé de Vincent, son frère et Jean-François, son papa. L’un tenant un rapporteur pour que l’angle soit le bon, l’autre le guidant tant bien que mal !

Perçage trou gaz 3Perçage trou gaz 2Perçage trou gazEt je dois dire que le résultat est juste parfait ! C’était même inespéré d’arriver à être aussi précis, au vu des vibrations du perfo et de la qualité du mur en pierre.Tuyau gaz garage

La perfection !

La perfection !

Bref, maintenant, nous devrons nous pencher sur le choix et l’installation de la chaudière… et nous contenter d’un chauffage encore un peu « aléatoire » et mixte pour cet hiver entre électrique et poêle à bois. En effet, nous avons vendu notre chaudière fioul cette semaine, après l’avoir débranchée  pour libérer la place pour l’installation d’un chauffe-eau tout neuf (cf. ci-dessous « plomberie »).

Plomberie

Nous n’avions pas spécialement prévu nous mettre à la plomberie tout de suite, mais nous avons constaté une fuite sur notre chauffe-eau au début des vacances cet été. Du coup, Denis a revu les priorités et s’est formé à la plomberie en express pour le remplacer. Comme pour tout ce que nous entreprenons dans la maison, et cela semble être le propre de la rénovation, une chose en entraîne souvent une autre… et tout prend plus de temps que prévu ! L’installation de plomberie laissant grandement à désirer, nous n’avons pas pu nous contenter de changer simplement le ballon d’eau chaude et avons dû tirer de nouvelles canalisations depuis le compteur. En effet, les canalisations existantes n’avaient pas le bon diamètre et n’étaient pas « alimentaires » (en gros, non conforme pour transporter de l’eau potable…).

Le compteur d’eau de la maison est à l’extérieur, vers la réserve de bois côté ouest et le tuyau arrive à la cave à travers le mur dans l’angle vers le petit porche qui passe au jardin, soit une dizaine de mètres. Nous avions bon espoir de pouvoir retirer le vieux tuyau de la gaine en le remplaçant directement par le nouveau, « en aveugle ». Malheureusement, nous avons dû nous rendre à l’évidence : impossible d’avancer de plus d’1 mètre à l’intérieur de la gaine. Manifestement, « tirer » tout droit ne semblait pas la solution la plus logique à l’époque, si bien qu’encore aujourd’hui, on se demande toujours par où passe la gaine !

Il a donc fallu se retrousser les manches et creuser une tranchée complète pour tirer une nouvelle gaine et donc le nouveau tuyau d’arrivée d’eau. Encore merci à Jean-Michel, mon papa et Quentin, mon petit frère pour ce dur labeur !

Le compteur d'eau est au fond à gauche, derrière la palette.

Le compteur d’eau est au fond à gauche, derrière la palette.

Nous avons du sacrifier quelques iris...

Nous avons du sacrifier quelques iris…

Vue d'en haut

Vue d’en haut

Nous en avons profité pour installer deux autres gaines, en prévision d’une installation électrique pour un portail et une sonnette. Autre avantage : cet espace est maintenant beaucoup plus propre et nous y avons semé de l’herbe ce week-end.

« Qu’est ce que je fais de tout ça ?! »

Nous avons croisé l'ancienne gaine (en métal), sans toutefois réussir à savoir par où elle passait exactement.

Nous avons croisé l’ancienne gaine (en métal), sans toutefois réussir à savoir par où elle passait exactement.

Trois gaines : l'une pour l'eau, les deux autres en prévision d'une sonnette et d'un portail.

Trois gaines : l’une pour l’eau, les deux autres en prévision d’une sonnette et d’un portail.

Nous avons pris soin de mettre un filet par dessus nos gaines, pour indiquer leur emplacement.

Nous avons pris soin de mettre un filet par dessus nos gaines, pour indiquer leur emplacement.

Un espace tout propre !

Un espace tout propre !

Côté chauffe-eau, nous avons choisi de l’installer au garage et non à la cave, comme l’ancien (plus facile d’accès, moins humide). Il a donc pris la place de la vieille chaudière, libérant pas mal d’espace par la même occasion. Comme je l’ai dit plus haut, Denis s’est formé en accéléré et a géré l’installation tout seul comme un grand. Après deux mois d’utilisation, je ne constate pas de fuite et nous avons de l’eau chaude… c’est plutôt un bon point ! Chauffe-eau 1 Chauffe-eau 2Je serais incapable de rentrer dans les détails des travaux mais une chose à noter tout de même (et un conseil pour ceux qui sont tentés par l’auto-rénovation !) : n’hésitez pas à négocier les prix des matériaux ! Pour toute la plomberie (tuyauterie), nous avons préféré nous fournir chez des vendeurs spécialisés (Pum Plastique en l’occurrence), plutôt qu’en grande surface de bricolage. Les prix catalogue grand public sont parfois très (très !) élevés, mais il est possible d’obtenir des tarifs beaucoup plus avantageux. En l’espèce, nous avons obtenu jusqu’à 80% de réduction sur certains produits ! Ca prend un peu de temps de se déplacer, de discuter, de comparer, mais au final, ça vaut le coup !

Nous avons choisi un chauffe-eau avec une anode en titane, contrairement à l’ancien qui avait une anode en magnésium. Le titane a une durée de vie plus longue, alors que le magnésium se dissout petit à petit. Quand il a complètement disparu, l’eau attaque la cuve, et c’est la fuite ! Pour lui, on a quand même opté pour la grande surface de bricolage (Leroy Merlin, pour ne pas la citer !), avec un produit Equation, fabriqué par Atlantic pour un très bon rapport qualité prix.

Pour la tuyauterie,  après de nombreuses comparaisons, nous avons retenu les produits multicouche Nicoll de la gamme Fluxo, de bonne qualité, et disponibles chez plusieurs distributeurs. Une fois correctement sertie, l’installation est aussi pérenne que le cuivre, mais plus simple d’installation car pas de soudure, et moins chère. Nous utiliserons la même solution pour l’eau chaude sanitaire, l’eau froide et le chauffage. Nous nous sommes donc équipés avec tout l’outillage nécessaire, la pince à sertir, le coupe tube, la cintreuse.

Je vous l’avais bien dit : Denis est devenu le pro de la plomberie !

Publicités

Une réflexion au sujet de « Où sont passés les tuyaux ?! »

  1. Eh bien, quel boulot ! Vous êtes très courageux (plus que nous en tout cas :)) et plein de talents (l’une avec les aiguilles à tricoter, l’autre au perfo et à la cintreuse, quelle équipe !). Cependant, j’ajouterais un petit bémol à ce que tu dis : les prix sont sûrement négociables, mais le bagou de Denis me semble indispensable pour obtenir de telles ristournes 😉 Quoiqu’il en soit, bravo à vous 2, chapeau bas !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s