Des murs droits et isolés : le rêve !

Le temps file à grande vitesse et nous ne chômons pas pour tenter de tenir l’échéance d’octobre qui arrive à grands pas. Nous avons donc profité des week-ends de juin / juillet pour nous attaquer à l’isolation des murs dans notre future pièce à vivre, à l’étage. La maison a beau être en pierres, elles n’isolent en fait pas grand chose. Après calcul, il semblerait que nos 60 cm de pierres soient aussi efficaces que seulement 12 mm de laine de verre murale… Nous avons donc essayé de nous rapprocher des normes de la RT2012 en optant pour :

  • 100 mm de laine de verre Isover sur les murs, complétée par des plaques de plâtre Pregyplac de chez Siniat (concurrent de Placoplâtre / Saint-Gobain) de 13 mm (BA13)
  • 160 mm de laine de verre pour le soubassement de la fenêtre (mur beaucoup plus fin) recouverte de BA13 classique sur les bords et de plaques de plâtre hydro pour la tablette
  • un complexe 10 mm de placo + 20 mm de polystyrène pour les encadrements de la fenêtre et de la porte-fenêtre où l’espace était très très limité.

ETAPE 1 : La préparation des murs

Isoler par l’intérieur implique nécessairement de perdre un peu de surface au sol puisque nous épaississons les murs de 11,3 cm minimum (100 mm d’isolant + 13 mm de placo). L’objectif est également d’obtenir au final des murs droits, ce qui était loin d’être le cas à l’origine. Chez nous, les murs ont tendance à être plus épais en bas qu’en haut, et donc à « pencher » vers l’extérieur vers le haut. Denis a d’abord commencé par retirer le plâtre au perfo à certains endroits, voire « piquer » le béton, pour « affiner » le mur dans sa partie basse.

Retrait plâtre + piquage bétonETAPE 2 : Pose des armatures métalliques

L’étape suivante consiste à fixer les lisses (au sol et au plafond) et les fourrures métalliques (au mur) qui maintiennent la laine de verre et le placo. Pour les lisses, nous avons tracé leur emplacement au laser et au cordeau bleu : autant dire que c’est l’idéal pour être de niveau sur toute la hauteur avec comme point de départ, un repère à 10 cm du mur au sol (là où nous voulions perdre le moins de place évidemment !). Ensuite, c’est un jeu d’enfant : couper les lisses à la bonne longueur, y coller un ruban de mousse spéciale pour assurer une isolation parfaite et fixer le tout directement dans le sol et le plafond avec des vis tous les 30 cm. Seul point d’attention pour le plafond : tenter de viser au mieux les poutres car le lambris n’est pas hyper résistant !

Pour les fourrures, c’est encore plus simple. Nous les avons fixées à mi-hauteur du mur, soit 1,35 m, en nous assurant bien entendu qu’elles soient de niveau. Des vis seules ne suffisant pas dans le mur, nous avons préalablement inséré des chevilles.

Vissage lisse plafond

Résultat d'un mur pas droit : on est beaucoup plus serré en bas qu'en haut (trait bleu sur mur du fond)

Résultat d’un mur pas droit : on est beaucoup plus serré en bas qu’en haut (trait bleu sur mur du fond)

ETAPE 3 : Pose de la laine de verre

Une fois les lisses et fourrures métalliques installées, vient la pose de la laine de verre. Rien de bien sorcier, hors mis les quelques découpes pour s’adapter aux ouvertures. Il faut également penser à la couper 2 cm plus longue que la hauteur du mur pour qu’elle plaque bien au sol et au plafond. Pour la maintenir en place, nous avons utilisé des appuis de la gamme Optima, chez Isover : des pointes et « clés » super pratiques qui donnent un peu l’impression de jouer au Lego Technic (attention toutefois à bien prendre la bonne taille ! Nous avons joué la sécurité en en choisissant des plus longs, que l’on peut recouper ensuite à la tenaille). Clipés tous les 60 cm dans les fourrures à mi-hauteur du mur, les appuis permettent « d’empaler » la laine de verre, qui est également glissée derrière les lisses au sol et au plafond.Appui Optima

Dernière chose pour assurer une isolation optimale : scotcher les panneaux de laine de verre entre eux et « réparer » le kraft éventuellement déchiré. Encore une fois, il existe des solutions hyper pratiques, qui évitent d’avoir à se battre avec le bon vieux rouleau de scotch orange impossible à découper ! (Plastopro de 3M, dentelé sur les côtés : malin !)Scotch PlastiPro

ETAPE 4 : La pose du placo

La pose du placo commence par la manipulation des plaques… avec précaution ! Denis et Alex peuvent en témoigner, eux qui en ont cassé deux, avant de comprendre qu’il fallait être plus méticuleux. Heureusement, nous avons pu les utiliser pour certaines découpes.

Comme pour la laine de verre, la découpe est l’étape la plus longue pour le placo, surtout sur les parties encadrant les ouvertures et pour les sorties de gaine électrique (interrupteurs + prises). La règle générale à suivre est de toujours couper les plaques 1 cm trop court en hauteur, car elles ne doivent pas toucher le sol. La fixation se fait là encore à l’aide de fourrures (semblables à celles posées à mi-hauteur du mur), mais verticales cette fois-ci, calées dans les lisses du sol et du plafond. Les appuis Optima entrent à nouveau en jeu puisqu’en plus du maintien de la laine de verre, ils permettent de mettre les fourrures de niveau, grâce à une clé « réglable ». A minima, il faut des fourrures verticales tous les 60 cm. Après avoir pris soin de les surélever d’un cm par rapport au sol grâce au lève plaque, les plaques de plâtre sont vissées tous les 30 cm sur les fourrures et tous les 20 cm en horizontal, sur les lisses.

La clé qui permet de cliper les fourrures verticales

La clé qui permet de cliper les fourrures verticales

Pose des fourrures verticalesETAPE OPTIONNELLE mais néanmoins obligatoire chez nous : les ouvertures

Les explications ci-dessus, c’est pour les parties faciles en murs pleins ! L’affaire s’est un peu corsée quand il a fallu réfléchir aux encadrements et soubassement de la fenêtre. Le principe reste évidemment le même, mais il a fallu imaginer un montage légèrement plus complexe !Montage armature isolation fenêtre 1Montage armature isolation fenêtre 2

Au final, nous avons opté pour un peu plus de laine de verre (160 mm au lieu de 100) directement sous la fenêtre, là où le mur est beaucoup moins épais. De même, pour se prémunir d’éventuelles gouttes de pluie, nous avons posé du placo hydro en guise de tablette. En procédant ainsi, nous réservons une place pour installer un radiateur.Placo marine pour tablette fenêtre

Enfin, les tableaux des ouvertures (fenêtre et porte-fenêtre) ont eu droit à un traitement spécial, l’espace étant beaucoup trop serré pour envisager pouvoir poser de la laine de verre. Comme pour les parties plus épaisses du mur, Denis a donc d’abord retiré le plâtre et piqué le béton au perfo avec deux objectifs : essayer de gagner un maximum de place pour y glisser le polystyrène + placo (3 cm) et ouvrir les tableaux vers l’intérieur de la pièce, pour gagner en lumière. Nous en avons profité pour gratter les joints silicone et combler les espaces à la mousse PU (un conseil, ne jamais mettre les doigts dans la mousse PU : ça colle pendant au moins 3 jours ensuite !).

retrait plâtre encadrement fenêtreAprès découpe du polystyrène + placo aux bonnes dimensions, nous l’avons fixé au mortier adhésif (MAP). Ça ne vaut certes pas nos 10 cm de laine, mais c’est toujours ça de gagné en résistance thermique !MAP placo + polystyrèneFixation placo + polystyrène au MAP 2Le résultat est pas mal même s’il paraît que le plus dur nous attend maintenant : les bandes à joint… 😦

Murs plaqués côté estMurs plaqués sous fenêtreEn attendant, c’est les vacances, on se détend !

Piscine Gergovie 1Piscine Gergovie 2

Publicités

5 réflexions au sujet de « Des murs droits et isolés : le rêve ! »

  1. Ping : Une chambre (presque) finie | Gergovie Côté Sud

  2. Ping : Chacun sa chambre | Gergovie Côté Sud

  3. Vos travaux ont vraiment l’air propres ! J’aurai aimé voir le rendu final :). Vous ne dites pas les délais de rénovation des murs : était-ce long ? Cdt

    • Merci. Difficile d’évaluer le délai de rénovation, d’autant que nous n’avons pas encore terminé ! Mais, on peut estimer à 5-6 jours à temps plein, pour la grande pièce… étalés sur plusieurs semaines/mois ! Pour le rendu final, vous pouvez avoir une idée jusqu’à la sous-couche, dans les deux chambres : ici et

  4. Ping : Du blanc, des murs au plafond | Gergovie Côté Sud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s