Travaux en sol(s) majeur(s)

1. Le sol des combles

Petite victoire ce week-end (contrairement à l’ASM, mais c’est une autre histoire…) : malgré le 1er mai, nous n’avons pas chômé et avons terminé le sol des combles ! Ça peut paraître pas grand-chose, mais ça fait toujours plaisir de boucler une étape. Pour mémoire, nous avions démonté le plancher l’été dernier et nous étions attelés à sa réfection à l’automne.

Côté face visible, nous pouvons donc désormais marcher sur un plancher plat sur toute la surface, ce qui n’était pas le cas au départ, puisqu’il y avait un décrochement en plein milieu des combles, peu pratique pour un éventuel aménagement futur.

Décrochement plancher combles

Le décrochement du plancher dans les combles : seulement quelques centimètres mais sacrément pénibles !

Il a donc fallu composer avec les dalles existantes pour rattraper l’écart, en les posant sur des tasseaux dans la partie qui était un peu plus basse. Au final, on s’en est plutôt bien sorti, nous avons seulement du racheter une dalle pour boucler l’ensemble.

Tasseaux plancher comblesNous en avons aussi profiter pour mettre du plancher dans les parties les plus basses de plafond, nous permettant de dégager pas mal de surfaces de stockage (pour les cartons que nous n’avons toujours pas défaits notamment…) et d’envisager un espace technique, pour la VMC, entre autres.

Dans les moindres recoins !

Dans les moindres recoins !

Côté face cachée, toutes les poutres ont été traitées à l’insecticide et nous avons posé 20 cm de laine de verre sur toute la surface. Le toit n’est toujours pas isolé mais cette épaisseur devrait quand même nous garantir une isolation correcte pour les pièces du dessous.

La pulvérisation de l'insecticide : un numéro l'équilibriste !

La pulvérisation de l’insecticide : un numéro l’équilibriste !

Insecticide poutres combles 2laine de verre comblesNous en avons également profité pour refaire toute l’électricité de cette partie de la maison. Les gaines et fils électriques passent désormais sous le plancher et surtout, tout est aux normes ! Idem pour la VMC, qui n’est pas encore branchée, mais nous avons anticipé en prévoyant les trous pour passer les gaines, là où nous en aurons besoin, soit au-dessus des futures cuisine et salle de bains, plus les toilettes.

2. Le sol de la chambre bleue

Autre étape ce week-end : nous avons pris le temps de retirer la vieille moquette de la chambre bleue, qui lui donnait cette odeur de renfermé si peu agréable et qui expliquait notamment que nous y mettions rarement les pieds ! L’affaire s’est révélée plutôt facile, puisque pour une fois, l’ancien propriétaire n’avait pas usé de moyens de fixation trop solides : pas de colle néoprène, seulement quelques pointes par ci, par là et des bandes de scotch double-face. Par contre, la moquette n’était que la première étape, puisqu’elle avait été posée directement sur un lino aux motifs, disons, discutables ! Mais là encore, seulement quelques pointes à retirer. Bref, nous voilà avec un sol brut, et plus d’odeur affreuse !

La belle et odorante moquette bleue !

L’odorante moquette bleue…

... qui cachait un beau lino !

… qui cachait un beau lino !

Moquette et odeur envolées !

Moquette et odeur envolées !

3. Le sol du jardin

Jean-François et Bernadette nous ont donné il y a quelques temps un motoculteur. S’il semblait l’outil adéquat pour déraciner les plantes récalcitrantes et parfaire nos travaux de nettoyage du terrain, c’était sans compter l’âge avancé de l’engin ! Après quelques heures de bidouille, Denis a réussi à le remettre en état de marche et c’est vrai que c’est plutôt efficace. Bruyant, mais efficace !

Denis a ainsi pu retourner la terre sur les deux niveaux en-dessous de la maison. Un passage manuel pour ramasser toutes les racines arrachées est nécessaire mais on voit la différence. Et les quelques mauvaises herbes qui osent encore pousser après ça sont beaucoup plus visibles… et ne font pas long feu !

Avant avant le motoculteur

Avant avant le motoculteur

Avant le motoculteur

Avant le motoculteur

Après le motoculteur

Après le motoculteur

Nous devrions pouvoir y repiquer rapidement nos plans de cucurbitacées, qui sont en pleine forme (courges, potimarrons et melons).

Plants de cucurbitacées

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s