Ayez des poules, qu’ils disaient !

Depuis une quinzaine de jours, nos deux poulettes nous en font voir de toutes les couleurs ! Bon, pas « physiquement » : elles sont toujours grise et rousse et heureusement ! On ne parle pas non plus du fait qu’elles ne pondent plus d’œufs, puisque c’est le cas depuis un bon mois maintenant. Nous qui avions peur de crouler sous les œufs, on en est bien loin !

Bref, c’est plutôt que nos poules deviennent un peu plus intrépides, ou froussardes (on opte pour la 2e hypothèse) et ont eu la bonne idée d’aller voir au-delà des limites du terrain à plusieurs reprises.

La première fois (mercredi dernier) était juste un aperçu de la suite, sans conséquence. Elles avaient simplement passé le grillage qui nous sépare des voisins du bas mais restaient visibles depuis chez nous. Elles longeaient le grillage désespérées, sentant bien que la nuit arrivait et qu’elles n’étaient pas du bon côté mais la solution pour les faire revenir était facile. Nous avons simplement sonné chez le voisin, que notre aventure a fait sourire et qui nous a aidés à récupérer nos deux poulettes, nous précisant que nous pouvions entrer sur son terrain si elles décidaient de fuir à nouveau.

Merci Paulin pour le coup de main !

Merci Paulin pour le coup de main !

Déjà à ce moment là, on se demandait comment elles avaient fait pour sauter le bon mètre vingt de grillage. Elles volent, certes, mais jamais vraiment sans raison. On en a donc conclu qu’elles avaient été effrayées, certainement par un chat, puisqu’il y en a pas mal dans le village et que nous en avons déjà surpris certains en « position d’attaque » face à nos volailles.

Mais le « pire » est arrivé hier soir. Dès que je rentre du boulot, je fais le tour du terrain pour vérifier que nos deux poulettes sont toujours là et qu’elles se portent bien, mais hier, aucune trace ! Le temps que je fasse le tour de la maison pour vérifier à l’extérieur du terrain, la grise était revenue à proximité du poulailler mais sans son acolyte. Vraiment étrange quand on sait que d’ordinaire elles ne se quittent pas d’une semelle et qu’elles chantent à tue-tête quand plus de 5 mètres les séparent. J’ai évidemment appelé Denis tout de suite, qui a quitté le boulot illico. Vingt minutes plus tard, il était là pour m’aider à fouiner dans les fourrés, encore denses à certains endroits de la parcelle. Mais la nuit nous a vite arrêtés et il a fallu se rendre à l’évidence, notre poule avait disparu !!

A la recherche de la poule perdue

A la recherche de la poule rousse

On a bien sûr émis toutes les hypothèses : l’attaque animale se soldant par une mort atroce, l’attaque animale se soldant par la fuite et la planque, le vol par un être malintentionné… Mais nous avons gardé un petit espoir de la voir sortir de son éventuelle cachette au petit matin, pour rejoindre sa copine et surtout, picorer les graines du petit-déj. Peine perdue, notre poulette rousse n’était toujours pas de retour ce matin, ni même à midi.

Denis n’a pas voulu laissé tomber et est sorti volontairement super tôt du boulot ce soir pour battre la campagne avant la nuit ! Equipé de ses chaussures de rando, il a ratissé méthodiquement tous les environs, jusqu’à arriver à proximité du terrain des voisins (les mêmes que précédemment) et à entendre des gloussements provenant de chez eux. Mais toujours impossible de mettre la main sur la poule ! Il a fouillé partout, sous le salon de jardin, sous des caisses avant de penser à lever la tête. Victoire, notre poulette rousse était là, perchée dans un arbre (oui, un arbre !), à environ 4 mètres de haut (oui, 4 mètres !) !

C'est donc désormais officiel, nous avons une Super Poule !!

C’est donc désormais officiel, nous avons une Super Poule !!

Dès qu’elle a vu et reconnu (on suppose) Denis, elle a pris tout son courage à deux pattes pour sauter à terre. L’affaire était pliée, il ne restait plus qu’à la récupérer et la ramener chez nous pour la nourrir et l’abreuver ! Il y a en effet de fortes chances pour qu’elle soit restée là-haut toute la nuit et toute la journée, elle était donc affamée… et ravie de retrouver sa comparse ! Reste à savoir pourquoi et comment elle a atterri dans cet arbre, mais nous allons creuser la piste du chat.

Dans un tout autre registre, nous avons aussi craint pour la santé de notre poulette grise, il y a une semaine et demie. Elle a commencé à perdre ses couleurs (pour de vrai, cette fois-ci !), mais seulement au niveau des barbillons et de la crête. D’ordinaire bien rouges, ils ont viré au grisâtre et elle était tout enflé au niveau du cou.

Normal...

Normal…

Pas normal !

Pas normal !

Après des recherches sur internet qui ne nous ont pas appris grand chose (aussi utile que Doctissimo pour les humains, en gros notre poule avait la variole et risquait de ne jamais s’en remettre!), nous nous sommes renseignés auprès de la grand-mère de Denis, qui a eu cette réflexion pleine de bon sens : « Quand l’appétit va, tout va ! Par contre, si elle ne mange pas, vous pouvez commencer à creuser le trou pour l’enterrer ! ». Elle avait manifestement raison puisque notre poule a continué de manger et a retrouvé ses belles couleurs et un cou normal.

Bref, nos poules ne pondent pas d’œufs et avec ces péripéties, c’est pas prêt de changer ! Mais par contre, elles chantent :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s