Nettoyer, balayer, astiquer…

Voilà 15 jours que nous avons migré de Clermont à Gergovie et on peut enfin considérer que nous sommes installés confortablement, bien que provisoirement.

Il a fallu aspirer (et respirer !) pas mal de poussière et user d’huile de coude pour venir à bout de la crasse accumulée dans les pièces où nous avons pour le moment élu domicile : la pièce de vie du bas avec la cuisine, la salle de bain sud avec la douche, les deux chambres orange, celle à l’ouest pour dormir, celle au sud pour y installer les bureaux (et toujours le lit d’amis !).

Nous avons attaqué dès le samedi de notre déménagement par la cuisine. Les placards étaient dans un état lamentable, tant visuel qu’olfactif ! Nous avons du d’ailleurs faire l’impasse sur certains et carrément les retirer. D’autres sont utilisés mais nous les laissons ouverts en permanence pour qu’ils s’aèrent. Une fois tout ça nettoyé, la fuite sous l’évier réparée, les brûleurs de la plaque de cuisson décrassés, les prises électriques vérifiées, on peut dire que la cuisine est opérationnelle.

La différence avant/après est saisissante !

La différence avant/après est saisissante !

Autant dire que comme ça, ça ne donne pas vraiment envie d'y ranger ses assiettes.

Autant dire que comme ça, ça ne donne pas vraiment envie d’y ranger ses assiettes.

Ce placard fait partie de ceux que nous avons retirés. Si vous avez une idée concernant l'utilité des pièces en bois, partagez-la !

Ce placard fait partie de ceux que nous avons retirés. Si vous avez une idée concernant l’utilité des pièces en bois sur le dessus, partagez-la !

Pareil, nous n'avons pas pu définir à quoi servaient toutes ces "installations"...

Pareil, nous n’avons pas pu définir à quoi servaient toutes ces « installations »…

A l’étage, notre chambre n’a demandé qu’un bon coup d’aspirateur et d’eau de javel autour de la fenêtre et sur les plinthes. Idem pour le bureau.

Denis ne boude pas, il monte une armoire dans la chambre.

Denis ne boude pas, il monte une armoire dans la chambre.

La javel a aussi été très utile dans la salle de bain, pour tenter de venir à bout des traces de moisissures au bord de la fenêtre. Forcément, la moquette précédemment présente au sol dans cette pièce n’aidait pas à la rendre très saine. Elle a donc disparu. La douche aussi a donné un peu de fil à retordre, bien que plutôt récente. Énormément de crasse s’était accumulée dans le flexible de la pomme de douche, si bien qu’à chaque fois que j’entreprenais de rincer le bac, j’en faisais tomber plus que ce que j’en enlevais ! Là aussi, l’aération quotidienne est désormais notre meilleure arme pour se défaire de l’odeur d’humidité imprégnée.

Le plus fastidieux revient certainement aux combles nord (les seules accessibles pour le moment). Évidemment, on ne peut pas en vouloir au propriétaire précédent de ne pas y avoir fait un ménage régulier puisqu’elles ne sont pas aménagées. Du coup, la couche de poussière était épaisse ! Denis et Thomas y ont passé une matinée complète, entre la fin du débarrassage (il y restait quelques meubles, deux sacs de vêtement et la collection complète des « Lui », « Playboy » et autre « Penthouse » des années 70 !), le balai et l’aspirateur. Maintenant, on pourrait presque y manger par terre tellement c’est nickel ! Nous en avons profité pour y monter quelques cartons et désencombrer un peu le garage. Ce sera la prochaine étape côté nettoyage.

Les "trésors" trouvés dans le grenier, héritage direct des années 60-70 !

Les « trésors » trouvés dans le grenier, héritage direct des années 60-70 !

Trésors du grenier 1

Les hommes aussi savent manier l'aspirateur ;)

Les hommes aussi savent manier l’aspirateur 😉

Thomas a une méthode bien a lui pour dépoussiérer le filtre de l'aspirateur : jouer au foot avec !

Thomas a une méthode bien à lui pour dépoussiérer le filtre de l’aspirateur : jouer au foot avec !

Nickel !

Nickel !

Enfin, le soleil des derniers jours nous a aussi permis d’avancer un peu dehors. D’abord, la famille Ledoux au grand complet nous a prêté main forte dans la vieille grange en ruine le jeudi de l’Ascension. Le vendeur l’avait débarrassée comme convenu le week-end où nous avons emménagé. Il avait enlevé le plus gros de la décharge, intervenant à la mini-pelle. Au final, le terrain était certes « horizontal », mais s’y mélangeaient encore les pierres écroulées du mur, la terre et les quelques restes de petits déchets. Nous avons donc refait un tri manuel, mettant les pierres d’un côté, les « merdouilles » de l’autre et obtenant ainsi un terrain plat où il ne restera qu’à mettre du gravier pour pouvoir y garer des voitures.

Deuxième chantier de l’extérieur : faire disparaître les tonnes de broussailles accumulées depuis trois mois lors de nos sessions « débroussaillage ». Nous en avions déjà broyé et rempli deux composteurs de 600 litres, du coup, on a cette fois-ci opté pour une solution pas forcément recommandée mais radicale : le feu de joie ! Nous en avons déjà fait deux : le premier sur le terrain du bas, où nous avons pu ainsi commencé à exterminer une partie des ronces, le deuxième dans l’arc de cercle pour brûler les quelques feuilles mortes qui restaient. Ce dernier espace est maintenant complètement dégagé, ne reste qu’à bêcher pour retirer les racines les plus coriaces et effacer les stigmates du feu.

Feu arc de cercle Feu ronces Arc de cercle dégagé

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s